ce forum est le forume du tous les Mkach5in

EST vs Ittihad

DERNIER MATCH

CLASSEMENT

الزوار

.: عدد زوار المنتدى :.

مواقع صديقة

إنسخ الرابطwww.9m.com/upfiles/UwG81654.gif

طباعة صفحة


    L'âge adulte

    شاطر
    avatar
    jaiden yugi
    Admin

    عدد المساهمات : 259
    نقاط حبك لترجي : -2147482235
    لاعب : 0
    تاريخ التسجيل : 21/07/2009
    العمر : 21
    الموقع : http://romatn.clubme.net

    L'âge adulte

    مُساهمة من طرف jaiden yugi في الأحد سبتمبر 20, 2009 11:50 am

    L'âge adulte




    Il a fallu seize ans pour que l'Espérance accède, en 1936, en Division Nationale

    Les premiers titres prémonitoires obtenus dans la douleur par les équipes « première » et « réserve » de l’Espérance vont accélérer le processus d’engouement pour le club et commencer à attirer de nouveaux joueurs.

    Certes, l’arrivée du Club Africain, un an après l’Espérance, avait déjà renforcé la position des clubs musulmans mais ni l’un ni l’autre n’avaient les moyens de faire le poids avec les meilleures équipes de l’époque dénommées Racing, Sporting, Stade Gaulois ou l’U.S.T. qui grâce aux moyens de sa composante juive avait rejoint le gotha plus rapidement que l’Espérance en remportant son premier titre, un doublé, dès la saison 1929-1930.

    Mais l'Espérance va commencer à faire sérieusement parler d’elle à partir de 1930, année qui correspond au retour auxcommandes du charismatique Chedly Zouiten. Les résultats sont devenus plus réguliers, les rangs de l’équipe ayant été renforcés par de nouveaux joueurs jusque-là réticents à joindre ce « petit club » sans grandes ressources.

    L’Espérance était également devenue le foyer du renouveau intellectuel et du militantisme, dailleurs, un jeune avocat du nom de Habib Bourguiba a rejoint le club et a commencé à trouver un intérêt à s’occuper de ses activités.

    En 1933, l’Espérance connaîtra une situation fort délicate. Elle évita les affres de la relégation en juin 1933 au prix d’un match barrage contre le Club Africain qui aspirait à la montée en division supérieure.

    Une rencontre qui créera entre Bab Souika et Bab Jédid une tension si vive qu’elle conduira les dirigeants des deux clubs a demander simultanément le huis-clos. Une défaite de l’Espérance aurait peut-être conduit à sa disparition, mais un penalty transformé par Slaheddine Benghazi (frère du diplomate Slim Benghazi) a permis aux « sang et or » de l’emporter et d’assurer ainsi son maintien en promotion d’honneur.



    L’année suivante fut beaucoup plus heureuse même si l’excellent parcours effectué en cours de saison ne s’est pas achevé par sa juste récompense.
    En effet, lors de la saison 1933-34, l’Espérance termine en tête de son championnat mais pour accéder parmi l’élite, appelé à l’époque division d’honneur, il fallait disputer un match-barrage contre le dernier de cette même division.

    Ce match se disputera au Stade Massé et opposera l’Espérance à Hammam-Lif mais ceux sont les banlieusards qui s’imposèrent grâce à un arbitrage d’une partialité flagrante. Au point de déclencher des incidents sanglants entre les deux camps.

    La formation type qui avait évolué lors de cette saison 1933-34 étai composée des joueurs suivant :

    - Gardien de but : Mohsen Klibi
    - Arrières : Mohamed Salah Kéfi, Berrebah
    - Demis : Hédi Riahi, Habib Larguèche, Hamadi Ben Ghachem
    - Attaquants : Rachid Khalfat, Amor Belarbi, Ezzedine Chérif, Slaheddine Benghazi, Ali Lahlaïbi.

    Il y avait également le junior Laroussi Tsouri remplaçant du gardien Mohsen Klibi, Allala Gatoussi, Béchir Meddeb et Abdessamed qui était à ses débuts.
    Les événements qui ont émaillé la rencontre barrage n’ont, fort heureusement, pas entamé la marche en avant des « sang et or » malgré le renouvellement de l’effectif. Cette dynamique de résultats sera confirmée dès la saison suivante par une place de dauphin mais, surtout, enfin couronnée par l’accession chez les ténors, c’est à dire en division d’honneur au soir de la saison 1935-36.

    Il a donc fallu huit ans en promotion (2ème série) puis encore huit ans en promotion, d’honneur avant d’atteindre le sommet, la division d’honneur (Division Nationale de l’époque).

    Pourtant les débuts s’annonçaient difficiles après un nul (2-2) lors du derby face au CA le 13 octobre 1935 suivi d’un revers cinglant face au Racing Club de Tunis (2-4), le 27 octobre 1935.
    Mais l’Espérance redressera la tête dès la semaine suivante en match retard contre Aquila (2-0), pour entamer une série positive achevée en apothéose par un score fleuve (10-0) lors de la dernière journée contre l’Union Goulettoise, le 26 avril 1936.

    Belle manière de fêter l’accession parmi l’élite, non sans avoir pris une revanche nette et sans bavure au match retour, sur le Racing Club de Tunis (5-0), la seule équipe à avoir battu l’Espérance lors de cette même saison.

    La nouvelle vague espérantiste autour de cette performance groupait les joueurs suivants :
    Laroussi Tsouri, Abdessamed, Mouldi, Dougaz, Ben Saïd, Riahi, Youssef Ben Osman, Khemaïs Ben Ali, Ahmed Mesbah, Slah Mahjoub, Ben Amar, Jeloul Mghirbi, Ben Othman, Mustapha Chérif, Kacem, Othmane Bhir, Ezzedine Chérif, Hamadi Ayari.

      الوقت/التاريخ الآن هو الجمعة سبتمبر 22, 2017 11:42 pm